Les boissons

Après les articles dédiés à l’alimentation (les glucides, les lipides et les protides), nous allons maintenant nous concentrer sur les boissons.

 

Bouteilles de boissons alcoolisées

 

Parmi toutes les boissons à notre disposition, la seule qui soit vraiment indispensable à la vie est l’eau plate.

On nous le répète assez souvent, cependant nous avons à notre disposition de nombreuses autres boissons au quotidien :

  • Les eaux plates et pétillantes ;
  • Les eaux aromatisées ;
  • Les infusions : café, thé, autres ;
  • Les jus de fruits ;
  • Les sodas et boissons « énergisantes » ;
  • Les boissons alcoolisées.

 

Nous allons maintenant détailler pour chacune de ces boissons quels peuvent être à la fois leur intérêt et ce dont il faut se méfier.

 

L’eau

Les eaux plates

Il s’agit de l’eau du robinet et des eaux en bouteille (ou en bonbonnes).

Dans le commerce les eaux en bouteille sont de deux types :

  • Les eaux minérales ;
  • Les eaux de source.

 

Voici les différences entres ces différentes eaux :

Les eaux minérales ont pour spécificité une teneur élevée – et garantie – en sels minéraux ; elles peuvent afficher des propriétés particulières : digestives, laxatives, reminéralisantes, diurétiques… Il est prudent de ne pas en abuser ou de varier les marques pour éviter des déséquilibres minéraux de l’organisme.

Les eaux de source sont simplement des eaux … potables. Elles ont une composition relativement constante et ne peuvent afficher aucune propriété particulière.

 

Les eaux pétillantes

Il s’agit simplement d’eau plate (ou légèrement gazeuse naturellement) dans laquelle a été dissous du gaz carbonique (CO2).

Les eaux pétillantes ne présentent pas d’avantage particulier par rapport aux eaux plates ; leur seul intérêt est la sensation de picotement lorsqu’on les boit. Elles existent sous forme minérale ou non.

Attention cependant si vous souffrez d’aérophagie.

 

Les eaux aromatisées

Il s’agit d’eaux plates ou gazeuses dans lesquelles on a ajouté des arômes.

Le seul point d’attention concerne la quantité de sucre dissout, qui peut aller de 0 à … beaucoup trop.

 

Les infusions : café, thé, autres

Les infusions (pour le café il s’agit plus exactement de percolation, mais peu importe) contiennent une certaine quantité de principes actifs : caféine, théine qui sont des excitants, ainsi que de nombreux produits qui donnent leurs propriétés aux autres infusions de plantes : calmant, diurétique, laxatif…

Les propriétés de ces boissons indiquent également quelles sont les précautions à prendre ; ainsi il vaut mieux limiter les boissons excitantes en grande quantité quelques heures avant d’aller dormir et ne pas abuser des infusions laxatives.

Le thé vert aurait la propriété d’augmenter légèrement le métabolisme donc la dépense d’énergie au repos tandis que l’abus pourrait entrainer de l’anémie (manque de fer).

Une autre précaution : si vous ajoutez du sucre dans votre boisson, soyez bien conscient de cette quantité dans votre consommation quotidienne.

 

Les jus de fruits

Les jus de fruits (comme les fruits eux-mêmes) sont caractérisés par une haute densité nutritionnelle, c’est-à-dire qu’ils sont riches en nutriments mais qu’ils n’apportent pas trop de calories.

NB : En France les colorants et les conservateurs sont interdits dans les jus et les nectars.

 

Catégories de jus de fruit

Il existe plusieurs catégories de « jus de fruit » :

  • 100 % pur jus de fruits frais : C’est celui qui se rapproche le plus du jus de fruits que vous auriez pressé par vous-même. Le fruit contenu dans le 100 % jus de fruits frais n’a subi pratiquement pas de transformations. Il est le résultat d’une simple pression mécanique de fruits mûrs, pour en récolter le jus qui est mis en bouteille directement. Il n’y a aucune adjonction de quelque produit que ce soit : ni sucres, ni additifs. On le trouve au rayon frais, il est à consommer dans les quelques jours suivant l’achat ;
  • 100 % pur jus de fruit : Il s’agit du même que précédemment, mais qui a subi un traitement pour augmenter sa durée de conservation; en général il est pasteurisé. On peut donc le stocker à température ambiante durant quelques semaines. Il se présente souvent en brique, parfois en bouteille de verre ;
  • Jus de fruits concentrés : Ils sont fabriqués à partir de fruits par élimination d’une partie de l’eau, avec une concentration d’au moins 50 % ;
  • Jus de fruits à base de concentrés : c’est un rajout d’eau à une base de concentré et des arômes synthétiques, l’addition de sucre étant autorisée ;
  • Nectars de fruits : Ils sont fabriqués à partir de jus de fruit ou de jus de fruits concentrés ou de purée de fruits (de 25 à 50 % selon les fruits) ou de mélanges entres ces différentes catégories, auquel on ajoute de l’eau et du sucre ou du miel ;
  • Les boissons aux fruits : Ce ne sont pas des jus de fruits. Une boisson aux fruits contient au minimum 12 % de jus de fruits, de l’eau ajoutée, des arômes et des colorants.

 

Alors, que faire ?

Pour rester sur une alimentation saine, il vaut mieux privilégier les 100 % pur jus (frais ou non).

Par rapport aux fruits, les jus de fruits apportent peu ou rien des fibres contenues dans le fruit. Les fibres participent à la régulation de l’absorption des sucres ; ainsi les jus de fruit ont en général un index glycémique plus élevé que les fruits seuls et peuvent entrainer une sensation de faim plus rapide.

 

Les sodas et boissons « énergisantes »

Il s’agit de boissons gazeuses, sucrées (que l’arôme soit naturel ou via un édulcorant) et comprenant toutes sortes de produits naturels ou de synthèse : arômes, colorants, excitants (caféine, taurine…).

Ces boissons sont souvent acides et peuvent contribuer à l’apparition de la maladie du soda – maladie du foie gras humain ou stéatose hépatique non alcoolique. Cette maladie peut frapper des patient très jeunes (parfois à partir de 16 ans).

De plus, la quantité d’excitants peut avoir un effet néfaste sur le sommeil.

Il vaut donc mieux limiter la consommation de sodas et surtout de boissons énergisantes en fin de journée.

 

Quelques compléments concernant les boissons énergisantes

(Source :

http://sante.lefigaro.fr/article/cafe-vitamines-boissons-energisantes-quels-risques-pour-la-sante-/)

 

Même si leurs effets ne sont pas formellement établis, la consommation de ces produits n’est pas sans conséquence pour la santé.

Si la consommation du café et ses effets sur la vigilance a déjà derrière elle une longue histoire, il n’en va pas de même des boissons dites énergisantes, ou stimulantes, breuvages qui contiennent principalement de l’eau, des vitamines, de la caféine, de la taurine, du guarana, du sucre et d’autres substances comme le ginseng. Leur usage est apparu à la fin des années 1980 en Autriche. Elles connaissent depuis un succès grandissant, surtout auprès des adolescents : rien que pour la marque Red Bull, plus de six milliards de cannettes ont été vendues dans le monde en 2016.

 

Une consommation occasionnelle ne pose pas de problème

En boire de temps en temps, de façon modérée, ne pose pas problème. Mais, comme le souligne une revue de données scientifiques publiée il y a deux ans par les Drs Aymeric Petit, Laurent Karila et le PMichel Lejoyeux, les risques ne sont pas nuls en cas d’excès, en particulier chez les jeunes et les personnes ayant des antécédents cardiovasculaires ou neurologiques. Quels sont-ils ?

Naturellement présente dans le café, le thé et le cacao, la caféine peut déclencher migraines, palpitations, tremblements et problèmes digestifs dès que la dose dépasse 400 mg par jour. Soit l’équivalent de cinq canettes de Red Bull. Ou encore, de six à huit tasses de café, ou de deux à trois litres de thé. La taurine, elle, est dérivée d’acide aminé d’origine animale.

D’après l’équipe du Dr Petit, on peut « évaluer à trois grammes par jour la limite supérieure de sécurité pour la supplémentation quotidienne en taurine, ce que représente la consommation journalière de trois cannettes de Red Bull ». De fait, on ne connait pas encore suffisamment ses effets neurotoxiques, tout comme le risque de complications au-delà des trois grammes quotidiens. Bon nombre d’études ont d’ores et déjà pointé quantité de potentiels effets indésirables du cocktail des boissons énergisantes.

 

Complications rénales et risque d’obésité

On soupçonne ces boissons d’entrainer des problèmes de rythme et le risque de malaise cardiaques, ainsi que des crises de convulsion chez des personnes connues pour être gros fumeurs consommant quotidiennement de l’alcool. Elles peuvent également entrainer des complications rénales car la consommation de boissons énergisantes favorise la fuite d’éléments minéraux (sodium, chlore, calcium, magnésium). Enfin il existe un risque accru d’obésité lorsqu’on en boit trop, en raison de leur teneur élevée en sucre.

 

À cela s’ajoutent les comportements à risque (rapports sexuels non protégés, conduite d’un véhicule en état d’ébriété) qu’engendre l’association boissons énergisantes et alcool, qui procure le sentiment d’être tout puissant, invulnérable – le Red Bull ayant entre autres pour effet de retarder l’ivresse et de faciliter l’abus d’alcool. Enfin, il existerait un véritable syndrome de sevrage à la caféine, donc potentiellement à ces boissons qui en sont riches, et le risque de devenir de façon concomitante dépendant à l’alcool.

 

Les boissons alcoolisées

NB : L’abus d’alcool est dangereux pour la santé aArticle L3323-4 du code de la santé publique).

 

Outre ses effets sur le comportement (désinhibition, euphorie, modification de l’humeur et des perceptions, vertiges, perte de conscience ou pire…) et sur la santé (cancers multiples, cirrhose du foie…), l’alcool représente une forme d’énergie immédiatement utilisable par le corps humain, quoique non stockable.

Ainsi lorsqu’on consomme de l’alcool en même temps que des aliments, le corps va utiliser l’énergie offerte par l’alcool au détriment de l’énergie fournie par l’alimentation ; celle-ci sera donc stockée par le corps sous forme de tissu adipeux (« graisse »).

Sans ouvrir de débat sur les bienfaits supposés de l’alcool, du vin rouge, de la bière… – et chaque étude vient contredire les précédentes – il vaut mieux en limiter la consommation.

 

Agrémenter sa boisson

De même que pour les plats, vous avez plusieurs solutions pour égayer un peu vos boissons sans la moindre arrière-pensée.

Le moyen le plus simple est d’alterner entre eaux plates et gazeuses ; il existe dans le commerce des dispositifs permettant de gazéifier de l’eau plate.

Pour l’arôme, vous pouvez presser des agrumes (principalement le citron) et ajouter le jus dans l’eau ; cette boisson sera à la fois dépurative (à jeun), rafraichissante et anti-nauséeuse (après un repas un peu lourd).

Vous pouvez également ajouter des extraits concentrés de plantes, tel que l’Antésite (base de réglisse et arômes anis, citron, menthe, orange, cola…) à raison d’une dizaine de gouttes par verre.

Dans les deux cas il n’y a aucun ajout de sucre raffiné.

 

Conclusion

Comme nous venons de le voir, alors que nous disposons d’un choix considérable de boissons à disposition ; cependant peu d’entre elles sont compatibles avec la démarche de perte de poids.

Sans aller jusqu’à une privation complète, il convient cependant de limiter sa consommation de boissons sucrées et alcoolisées. Malgré cela, nous avons d’autres choix que l’eau claire : il existe divers moyens d’agrémenter sa boisson sans pour autant y apporter de sucres ou autres produits néfastes (colorants, alcool…).

Maintenant, à vous de faire vos choix et d’orienter votre alimentation vers les boissons qui correspondent le mieux à votre objectif de perte de poids et … Adieu les kilos !

 

Chute d'eau, la meilleure des boissons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *